FANDOM


Les Marches.png

Le blason du duché des Marches

Constituant l'une des subdivisions de Tell, Le duché des Marches est constitué de deux principales régions. La première, à ses frontières avec les autres duchés, est une région de plaines cultivées et principalement rurales. L’Est, lui, est principalement montagneux et abrite une série de forteresses dans les différentes passes de montagnes permettant d’accéder au reste du royaume de Tell. Ces montagnes abritent également de nombreuses carrières qui permirent l’édification des différentes forteresses des Marches.

Le duché des Marches a été, depuis la fondation de Tell, le principal rempart face aux invasions ennemies. La culture militaire y est particulièrement développée depuis et la rivalité entre les ducs friens et ceux des marches en matière militaire est légendaire.


Lors des grandes pestes, et bien que les Marches furent le point par lequel passèrent les caravanes vaillottes et Aenoriennes contaminées, le duché paya un tribut bien moins lourd que Vaunes. Le peu de circulation entre les villes du duché et le caractère militaire des zones de passage fit que la propagation fut relativement limitée. Néanmoins, plusieurs forteresses se transformèrent en charnier et les villages de passage des caravanes furent décimées avant que le duc ne puisse prendre des mesures. Les mesures furent drastiques. Les villages contaminés furent incendiés et les forteresses secondaires subirent le même sort. Le duc alla jusqu’à provoquer des éboulements dans les passes de montagne pour empêcher tout passage dans les zones qui ne pouvaient être gardées. Cette stratégie agressive asphyxia le commerce déjà faiblissant et acheva de détériorer les relations avec Aenor et Vailles.


Lorsque la coalition commença ses campagnes militaires, le duc des Marches se trouva dépourvu et tenta une tactique de dispersion de ses forces et de reconquête des forteresses abandonnées. Il entama également des constructions de tour de garde dans des conditions de telle hâte qu’il n’était pas rare que la moitié des constructeurs seulement survive au chantier. Ces sombres endroits furent rapidement nommés les tours de sang. Ces tactiques eurent un effet désastreux. Non seulement le moral déjà entamé par les grandes pestes chuta davantage encore mais l’armée des Marches subit défaite sur défaite, tant et si bien que la coalition sécurisa plusieurs forteresses d’où elle organisa des raids vers Vaunes.

Malgré des demandes répétées, le duc des Marches n’obtint aucun renforts. Le roi de Tell considérait en effet, vu l’état du front du sud, que les deux duchés avaient perdu toute valeur et qu’y envoyer des hommes était une perte de temps. Finalement, le duc ordonna la retraite vers quelques forteresses particulièrement importantes et s’y maintint en laissant passer librement l’ennemi par les passes.

Après la victoire dans les Aurons des armées de Frie et d’Orle, les Marches obtinrent enfin leur renfort et la reconquête démarra. Néanmoins, le duc se considérait globalement affranchi du pouvoir royal et cessa aussi bien le paiement de taxes que l’obéissance aux décrets de Port-Constance. Une fois la reconquête achevée, le duc réorganisa ses troupes restantes en une force offensive et entama des attaques punitives dans les territoires de la coalition, organisant de véritables campagnes d’extermination. Il alla jusqu’à financer l’assassinat dans des conditions particulièrement sordides du Roi d’Aenor et du Consul vaillote.

Scandalisé, le Roi remobilisa son armée et celle de Frie et menaça le duc de destitution. Ainsi forcé et trop affaibli pour affronter les armées en bon état de Tell, le duc se rangea mais, encore à ce jour, il maintient une farouche indépendance et n’hésite pas à comploter. Des rumeurs font aujourd’hui état de la volonté de Port-Constance de faire éliminer le duc sanglant.

Les «marchards» sont généralement considérés comme des individus rudes, peu sympathiques et enclin à la violence gratuite. Si la chose n’est pas un fait généralisé, les habitants des Marches ont souvent un complexe d’infériorité et tendent à être très susceptible et chauvins. La guerre des pestiférés n’a fait qu’aggraver ces états de faits.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard