FANDOM


Tome 1 – La GénèseModifier

Il fût un temps où la Lumière n'existait pas, où seul le Chaos avait sa place.

Quand la Lumière fût, une entité se l'attribua : l'Unique, ou le Seul. La chance ou la coïncidence ne pouvaient être à l'origine de telle innovation.

Mais l'Unique n'étais pas la seule entité vivante dans le Chaos. Entre les Ténèbres, quand la lumière fût créée, trois êtres puissants trouvèrent que la Lumière était trop puissance, et créèrent donc les Ombres.

Ces trois nouveaux « Dieux » se firent appeler les Dieux des Ombres, tel l'Unique se fit narcissiquement appeler « Dieu ».

La première était réservée, sombre, mais éternellement belle et envoûtante. Son nom fut aisé à trouver : la Dame Noire.

Le deuxième, bien plus extroverti, brutal et sanguinaire, était l'une des rares entités qui avait déjà accompli l'acte de « tuer » avant que la vie n'ait un sens. La domination était son passe-temps, et la souffrance son devoir. Ainsi naquit le Maître-Sang.

Le troisième, petit « frère » de la Dame, aimait le contrôle et le savoir par dessus tout. Mais sa place de cadet de la Dame lui valut le poste de porte-étendard de Celle-ci. Il se fit appeler le Hérault – bien que Conseiller ait été un nom postérieur.

Voyant le pouvoir de la Lumière grandir avec celui de l'Unique, les trois Dieux Sombres cherchaient l'équilibre pour éviter la déchirure de leur espace et de leur temps. Le seul moyen de devenir plus « puissant », c'était les autres entités.

Les trois Dieux Sombres commencèrent leur quête de puissance, et arpentèrent le Néant et le Chaos en recherche de leurs pairs. Mais durant leur voyage, ils découvrirent comment la Lumière gagnait autant de pouvoir si vite et si proprement.

Les autres entités, plus faibles, se faisaient dévorer par l'Unique, et leur énergie et toute leur puissance absorbée par sa Lumière. Affolés pour leurs pairs, les trois Somres firent un rassemblement et pactisèrent l'Alliance du Néant.

Cette alliance avait pour but de faire comprendre à l'Unique et sa Lumière que dévorer et exterminer leurs pairs n'était pas la solution à ses désirs de puissance.

Mais, ayant exterminé déjà la moitié de ces entités, l'Unique ne voulait pas céder.

Une bataille pour lui rendre la raison fut la seule solution. Elle est connue sous le nom de « Grand début » ou « Le Jour où la vie fut possible ». Lors de cette bataille, très peu de choses restèrent complètes.

A l'épilogue de cette bataille, comme il n'y en aura plus aucune, seul l'Unique à bout de pouvoir et les trois Sombres restèrent.

Les trois Sombres pouvaient le détruire et absorber tout son pouvoir, mais n'en firent rien. Ils lui proposèrent un marché. Plutôt que de se battre à mort, et que la Lumière fusse détruite, ils lui enlevèrent presque tout son pouvoir et le rendirent au Chaos et à l'Univers.

« Dorénavant, tu ne pourras plus détruire, juste créer » tels furent leurs sages mots.

Frustré de cette défaite, l'Unique leur promit la vengeance de la main de ses séides, que devinrent les Humains, et qu'ils seraient détruits à jamais. Mais les trois Sombres ne lui prêtèrent pas attention.

En rendant tout cette puissance au Chaos et au Néant, des terres furent créées, dont la patrie des adorateurs de l'Unique.

Mais aussi d'autres, dont le Cloître du Péché, où les trois Sombres règnent sur le Néant vide de vie.

Quand l'Unique créa l'Humanité, les trois Sombres eurent peur de sa revanche, mais pensèrent à un stratagème. Des gardiens, des hommes et des femmes, qui savaient la vérité, et qui combattaient la Lumière Aveuglante.

Ainsi naquirent les Cultes.

Dans toutes les terres, les trois Sombres placèrent un Culte de Gardiens des Ombres et de l'équilibre.

Sur les terres de l'humanité, les trois Sombres furent sages et en placèrent deux : le Culte des Ombres, qui s'occuperait des savoirs et des connaissances ; et celui de Lilliann, ou de la Dame Noire, pour l’exécution des mesures de préservation des Ombres sur la Lumière.

Leurs chefs nommés l’OEil dans l'un, et le Sanglant (ou Immoral) dans l'autre, avaient la faveur des Dieux, et donc le don de vie et de mort.

Pendant que les trois Sombres veillaient sur eux, la vie en eux ne pouvait pas s'éteindre.

KronKarak, le livre qui perdure dans le temps.

Traduit par Arhkam de Biershak, de la langue ancienne et primordiale des Ombres.

Tome 2 – L'organisation des CultesModifier

Nous, Gardiens de l'Ombre, luttons contre la Lumière.

Comme dit notre phrase directrice : « Maintenant que nous connaissons les Ombres, nous pourrons combattre la Lumière. »

Nous ne sommes pas plus forts ou plus rapides que les autres séides. Mais nous avons une chose qu'eux n'ont pas : le soutien des trois Sombres.

Avec la volonté du Maître-Sang, nous agissons correctement et menons a bien notre mission.

Avec les chuchotements du Hérault, nous savons comment faire et nous savons quel est le bon choix ; si nous devons prendre la droite ou la gauche.

Et la Dame Sombre nous recueille en son sein quand notre heure est venue.

Notre Sanglant sait ce qu'il doit faire, à qui il doit parler, ou qui il doit chasser.

Notre Oeil sait tout ce qui doit être su par nous, mignons, délivrés de l'ignorance.

Ils ont une chance qui leur donne ce droit d'être à cette place. Cette chance, c'est d'entendre et de comprendre les douces paroles de la Dame.

Cette Dame qui aime regarder à travers les yeux des jeunes séides et savoir ce que c'est que l'ignorance pour mieux la combattre. Ces jeunes sont des réceptacles. Ils ont une place privilégiée dans notre Ordre. Ils savent parler cette langue, si douce et si envoûtante. L'Oeil est celui ou celle chargé de les protéger, coûte que coûte.

Le plus beau des réceptacles est celui qui est le plus en harmonie avec la Dame. A la différence de ses Soeurs, il n'est pas nommé réceptacle, mais Lilliann, nom vrai de la Dame.

Liliann est toujours derrière l'Immoral. Elle lui chuchote ce que seul lui doit entendre, et il la protège avec les mains que son pouvoir lui octoit. Elle doit être préservée et protégée coûte que coûte. Elle est la preuve que les séides peuvent changer et apprendre à préserver et sauver les choses importantes.

Les réceptacles sont rares, il est rarement arrivé d'en avoir plus de trois à la fois pour la Dame, autant que pour ses pairs.

Les réceptacles du Maître-Sang sont bien différents de ceux de la Dame.

Les siens n'en ont pas conscience. On les confond souvent avec des meurtriers de masse, ou des hommes extrêmement impulsifs voire schizophrènes. Mais ils sont la libération des pulsions du Maître-Sang. Sans cela, les terres seraient désolées et brisée par la tension qu'il crée dans les corps.

Ainsi, quelques corps sont pris comme défouloirs et servent de sortie à toutes ces pulsions.

Le Hérault, bien que relayé par un second, ne demeure pas le moins grand possesseur de réceptacles.

Ces pauvres hommes voient toute la connaissance apparaître dans leur esprit, et rien n'arrête le flux continu de connaissance. Les réceptacles deviennent souvent fous, et voient des choses que les séides ne doivent pas voir.

Cette souffrance continue, qui permet de filtrer la connaissance au monde Humain de façon intrigante, leur laisse une courte vie. Il est dans le devoir du Culte des Ombres que de devoir les trouver et de recueillir toute cette connaissance en libre réjection.

Avec notre efficacité, il est sur que le Culte des Ombres traque ces réceptacles et les met en sécurité pour éviter que les envoyés de l'Unique ne s'emparent de tout ce pouvoir lié à la connaissance.

Ils sont accueillis dans les Ombres, et ne doivent que raconter et écrire tout ce qui leur passe par la tête en continu.

Les Namrack, ou main droite ou agissante de l'Oeil, se chargent de restructurer et déchiffrer le tout.

C'est ainsi que les Cultes sont les plus perfectionnés dans tous les domaines. Voilà pourquoi nous sommes toujours au bon endroit, au bon moment.

Les réceptacles sont des objectifs de prime nécessité. Ils sont prioritaires sur tout, sauf l'éventuel combat pour protéger le Culte lui même.

Nous sommes des hommes et femmes de chance. Nous avons su ouvrir les yeux.

Ne laissez pas la Lumière vous aveugler.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard